Une émission est en cours de diffusion voulez-vous la visionner ?

logo rdvf
logo rdvf

L’émission Le Rendez-vous des futurs est un dialogue avec des personnalités phares de notre époque sur le monde qui vient.

La première partie, le First, est le magazine des actions créatives et positives initiées par des "change makers".

17.05.2011

Serge Tisseron : « Du lien faible à une mémoire collective »

#Éducation

logo rdvf
  • 1. Portrait de Serge Tisseron
  • 2. Qu’est-ce que ce phénomène change dans notre relation aux autres ?
  • 3. Vous pensez qu’il y a une corrélation forte entre les nouveaux modes de consommation et les nouvelles technologies ?
  • 4. Si on interroge l’avenir de notre planète, ce que vous venez de décrire est-il un progrès ?
  • 5. Donc, vous qui êtes un pessimiste de nature, vous deviendriez un optimiste face aux nouvelles technologies ?
  • 6. Est-ce imaginable dans une société autant fondée sur la compétition ?
  • 7. Je vous cite, vous avez dit en 2008 : « Je ne peux que déconseiller de s’inscrire sur Facebook, c’est le lieu du mensonge, de la frime et de l’accumulation. » Signeriez-vous encore ces propos ?
  • 8. Une réponse à cette mémoire collective ne passe-t-elle pas par ces réseaux sociaux ?
  • 9. Si on ajoute à ces identités que nous avons sur internet la notion de biotechnologie, ça devient très inquiétant...
  • 10. On peut imaginer aussi qu’un assureur se base sur un séquençage du génome de ses clients pour accepter ou non de les assurer.
  • 11. Trouvez-vous que l’école explique assez bien ce qu’est internet, ses dangers ?
  • 12. Il y a un très joli exemple où une enseignante avait dit à ses élèves d’ouvrir la page Facebook de Louis XIV.
  • 13. Comment faire pour changer ça face à un système qui est très rigide ?
  • 14. Ca rejoint ce que vous disiez sur les nouvelles temporalités d’apprentissage.
  • 15. Quand il dit la tête vide, il dit aussi que les enfants sont connectés, donc qu’ils peuvent la remplir en fonction du besoin.
  • 16. Y a-t-il une différence entre ceux qui passent du temps devant les écrans et les autres ?
  • 17. N’est-ce pas justement dangereux pour des enfants de ne pas avoir d’écrans chez eux ?
  • 18. Vous faisiez partie du collectif « Pas d’écran avant 3 ans », alors que dire de ces nouveaux écrans ?
  • 19. Il y a aussi une réponse dans les objets intelligents...
  • 20. Les nouvelles technologies sont aussi pour les jeunes des moyens de trouver un accès à ces mémoires...
  • 21. On peut vraiment tout trouver grâce internet...
  • 22. Vous avez fait votre thèse en BD, rien de surprenant à ce que vous incitiez les étudiants à s’approprier de nouvelles formes...

Serge Tisseron

L'interconnexion des réseaux sociaux n'implique pas une plus grande empathie entre les individus.

Directeur de recherches de l’Université à Paris Ouest Nanterre. Il a toujours eu à cœur de s’intéresser à la « sous culture », comme la bande dessinée, les graffitis ou les séries télé. De façon générale, ses recherches portent sur trois domaines : les secrets liés aux traumatismes et leurs répercussions sur plusieurs générations; les relations que nous établissons avec les diverses formes d’images; et la façon dont les nouvelles technologies bouleversent notre rapport aux autres, à nous même, au temps, à l’espace et à la connaissance. Il a notamment posé les bases d‘une théorie de la réception des images qui fait une grande place au corps (Psychanalyse de l’image, des premiers traits au virtuel, en 1995) avant d’interroger les relations particulières que nous établissons avec la bande dessinée (Psychanalyse de la bande dessinée, 1987), la photographie (Le Mystère de la chambre claire, 1995), la télévision (L’intimité surexposée, 2001) le cinéma (Comment Hitchcock m’a guéri, 2003) et les écrans d’ordinateur (Virtuel, mon amour et Qui a peur des jeux vidéo ?, 2008). Enfin, Serge Tisseron est dessinateur de bandes dessinées (quatre albums publiés à ce jour) et d’ouvrages pour enfants.

Compte-rendu

Vidéos associées